Reiki et religions

Le Reiki est-il une religion ?

Reiki et religions Non, bien évidemment. Le fait que le Reiki ait une dimension spirituelle n'en fait pas une religion pour autant. Par définition, il faut rappeler que la spiritualité n'est rattachée à aucune religion ou croyance et qu'à travers l'expérience vécue, elle met en lien avec l'esprit, le souffle (spiritus en latin). Dans ce sens, le Reiki accompagne la personne à se reconnecter par elle-même à toutes les dimensions de son être. Le gain d'autonomie et la liberté qui en résultent n'ont absolument rien de commun avec le dogmatisme inhérent aux religions organisées. Vous l'aurez compris, si le Reiki est une voie vers l'harmonie, il n'impose pas de contrainte et ne nécessite d'adhérer à aucun système de croyance.

Y a-t-il concurrence entre Reiki et religions ?

Absolument aucune ! Reiki et religions peuvent cohabiter pour la simple et bonne raison que l'un n'a pas pour vocation de remplacer l'autre. Seule une attitude dogmatique de la personne à l'égard du Reiki pourrait semer le trouble dans son esprit, mettant alors injustement en concurrence deux vérités uniques qui se rejetteraient mutuellement.

Pourquoi le Reiki effraie-t-il tant les religions ?

Sans doute parce que le Reiki accompagne la personne à trouver et développer ses propres ressources, à gagner en autonomie et donc à se libérer de nombreuses croyances imposées par des systèmes religieux qui ne peuvent exister qu'en revendiquant un monopole et en dissociant l'être humain du divin. On comprend donc aisément que toute méthode permettant à la personne de se reconnecter par elle-même à l'essentiel, la source, le divin (peu importe le nom utilisé) représente un danger majeur pour une institution religieuse.

Le Reiki est-il compatible avec les religions ?

Le Reiki est parfaitement compatible avec les religions puisqu'il n'impose aucun dogme et n'engage à aucun comportement proscrit par les autorité religieuses. Il m'est arrivé par exemple d'accueillir anonymement à mes cours des représentants officiels de l'Église catholique (prêtres, soeurs...) qui bien évidemment étaient dans une démarche personnelle et non officielle, car interdite par le Vatican. L'important sur le plan spirituel est à mes yeux d'être en harmonie avec soi et non de se soumettre aveuglément à une autorité dirigeante.

Favorisant les prises de recul au sens large, je constate que le Reiki peut amener la personne à se distancer naturellement d'un système de croyance exclusif et emprisonnant. En pareille situation, elle ne le fait généralement pas pour s'enfermer dans un autre système, mais bien pour s'alléger d'un fardeau devenu inutile.

Parfois le Reiki n'est-il pas abordé de manière religieuse ?

Oui malheureusement. On peut trouver des personnes qui vouent un culte au Reiki, tentant de l'imposer comme un système dogmatique et exclusif, créant ainsi une dépendance et un enfermement. Comme l'a dit avec beaucoup d'humour Lao Tseu : "Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt". C'est un vieux réflexe de l'être humain qui a pris pour habitude de s'accrocher au guide ou à l'outil plutôt que de voir où celui-ci peut l'amener. Quand le Reiki prend toute la place et qu'il devient une finalité, c'est que le praticien ou l'enseignant en a fait une religion et nous sommes là aux antipodes de l'essence même du Reiki.

La gestuelle liée au Reiki n'évoque-t-elle pas certains signes religieux ?

Dans la plus pure tradition japonaise, la pratique du Reiki est accompagnée de certains gestes ritualisés comme la position "gassho" par exemple qui est utilisée au début et à l'issue d'un traitement Reiki. Elle consiste à joindre les mains au-dessus du coeur en signe de reconnaissance de l'unicité liant tous les êtres. Pour autant, personne ne détient l'exclusivité de ce geste qui n'a fondamentalement rien de religieux.

Si les enseignements occidentaux de Reiki sont aujourd'hui majoritairement dépouillés de ces rituels traditionnels, certains enseignants ont ressenti le besoin d'intégrer des gestuelles personnelles ou empruntées à d'autres traditions, sans lien initial avec le Reiki, comme par exemple le lissage de l'aura (appelé également brossage de l'aura) ainsi que de nombreux protocoles d'appel d'énergie. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

J'invite personnellement à la sobriété et hormis bien évidemment le fait d'apposer les mains sur le corps du receveur, je ne transmets dans mes enseignements aucune gestuelle ritualisée, rappelant que ce qu'il est possible d'offrir de meilleur dans la pratique du Reiki dépend essentiellement de la qualité d'une présence centrée sur le coeur. Tout ce qui peut y être rajouté est de la décoration visant principalement à rassurer le praticien Reiki à travers l'usage de rituels qui risquent de l'éloigner de l'essence même de sa pratique, la teintant au passage d'une note de religiosité.

Le fait d'être athée, agnostique ou croyant influence-t-il la pratique du Reiki ?

Entre athée et croyant il n'y a fondamentalement aucune différence. Je m'explique : Le croyant croit que Dieu existe et l'athée croit que Dieu n'existe pas. Chacune de ces deux personnes croit fermement en quelque chose qu'elle ne peut démontrer. Toutes deux sont donc croyantes et figées dans des positions très similaires.

L'agnostique par contre ne s'enlise pas dans des croyances puisqu'il considère que l'absolu est inaccessible et donc invérifiable. Cet état d'esprit est sans doute beaucoup plus sain puisqu'il permet de vivre chaque expérience spirituelle dans l'accueil, sans tenter de la démontrer (comme le ferait le croyant) ou de la rejeter (comme le ferait l'athée).

Ceci dit, un système de croyance rigide imposé par une religion va forcément influencer dans un premier temps la pratique du Reiki. Celle-ci va naturellement s'alléger au fil du temps par des prises de distance à l'égard de tout ce qui condamne et enferme.

Que dites-vous aux religions qui condamnent le Reiki ?

J'observe cela avec distance et amusement sans entrer dans des polémiques de bac à sable, tellement les arguments avancés peuvent être puérils. Dans leur ultime sursaut de protectionnisme gouverné par la peur, j'invite ces organisations religieuses à terminer de scier la branche sur laquelle elles sont perchées. En effet, l'histoire nous a largement démontré que le culte de la peur entretenu par les religions a toujours fini par se retourner contre elles. Je crois en une forme de régulation naturelle, même si elle prend parfois beaucoup de temps.

horizon

retour au sommaire des questions


étoiles4.9/5 - 11 évaluations