Le Reiki est-il conseillé en cas de dépression ?

Le Reiki agissant sur les causes initiales d'un problème, je suis convaincu qu'il est bénéfique en cas de dépression ou de grosse déprime, dès l'instant où la personne souffrante est prête à lâcher prise et envisager des changements profonds. Cependant, il ne faut pas attendre du Reiki qu'il agisse d'un coup de baguette magique, tel un antidépresseur.

L'antidépresseur est un excellent rapiéceur

L'état dépressif est le symptôme d'un dysfonctionnement fondamental et nous vivons malheureusement dans une société profondément malade, fuyant l'essence de nos problèmes en pratiquant du rapiéçage. L'antidépresseur tel que nous le connaissons sous forme de médicament est un excellent rapiéceur, mais il ne fait que colmater provisoirement une brèche, ne réglant jamais le problème à la source (très souvent un système de valeurs faussé, une recherche de la vérité à l'extérieur, un déni de la mort et de nombreuses blessures personnelles...).

Renoncer aux causes profondes de la dépression

Vous l'aurez compris, en cas de dépression, le Reiki peut agir dès l'instant où l'on cesse de se battre pour rester à flot dans un océan de valeurs qui ne sont pas les nôtres. La guérison passe souvent par une noyade marquant le renoncement à un système de valeurs gangrené. Il faut toucher le fond pour renaître à soi, sachant que cette étape débouche presque systématiquement sur des changements fondamentaux. Si l'inconfort de ce passage est incontournable, le Reiki a cet avantage d'agir en profondeur afin d'adoucir au mieux cette transition.

Le Reiki en situation dépressive

Il est bénéfique pour la personne dépressive de recevoir des traitements Reiki réguliers renforcés par l'usage du deuxième symbole Sei He Ki (pour les praticiens initié au deuxième degré/niveau de Reiki). Ces soins l'aideront principalement à lâcher prise et à prendre confiance dans sa démarche de renoncement, qui est en quelque sorte une petite mort. Parallèlement aux soins reçus, il est important qu'elle puisse ménager dans son quotidien des espaces de ressourcement (contact avec la nature, période de coupure avec les moyens de communication, ...), même si ces moments peuvent être dans un premier temps inconfortables. La démarche nécessite du courage puisqu'elle consiste à affronter ses démons.

La dépression est-elle un obstacle à l'initiation au Reiki ?

Non, bien au contraire. Le fait d'effectuer un premier degré/niveau de Reiki va aider la personne souffrant de dépression dans sa démarche de transformation. Bien sûr, il doit s'agir d'un choix personnel basé sur la volonté de renouer avec des valeurs essentielles. Celles-ci ne sont bien évidemment pas dictées par un système de pensée lié au Reiki, mais simplement par des évidences émergeant des tréfonds de la personne au fil de son cheminement.

Le Reiki est-il compatible avec les antidépresseurs ?

Rien n'est incompatible avec le Reiki. Je rappelle juste que l'antidépresseur est une rustine ne faisant qu'enfouir un problème fondamental qui ne manquera pas de ressurgir à la première occasion. Par son action chimique souvent complexe, l'antidépresseur donne simplement l'illusion d'avoir réglé un problème. Il revient à débrancher la sonnette d'alarme afin de se baigner dans l'illusion que tout va bien, alors que le problème couve... En tant que puriste, j'aurais donc tendance à encourager la suppression de la béquille chimique, mais cette décision personnelle appartient à chacun. Je rappelle que tout arrêt brusque d'un antidépresseur est dangereux et qu'il est impératif de passer par une période de sevrage à planifier avec le médecin traitant qui a prescrit le médicament.

Combien de temps ?

Le facteur "temps" lié à une guérison profonde avec l'aide du Reiki n'est pas chiffrable et peut varier très largement d'une personne dépressive à l'autre, en fonction de ses ressources personnelles, de ce qu'elle est prête à rencontrer et à changer. Ce processus n'est bien évidemment pas compatible avec les habitudes d'une société où chaque être doit être performant et se remettre très rapidement de tout ce qui peut l'empêcher d'être productif et rentable sur le marché de l'emploi. L'antidépresseur est donc la solution idéale répondant aux besoins d'une société malade.

Pour conclure

Je voudrais simplement rappeler qu'en visitant les pays pauvres et les peuples dits "primitifs", vous ne rencontrerez généralement pas d'être humain souffrant de dépression, tout comme vous ne rencontrerez pas d'animaux sauvages dépressifs, à l'exception de certains animaux captifs apprivoisés par l'homme dit "moderne". Voilà qui laisse songeur...

A lire également sur le thème de la dépression : En réponse à vos questions

retour au sommaire des questions


étoiles4.9/5 - 35 évaluations